Psychologie à deux euros

Par défaut

J’ai dis « Tais-toi » à Nikos, mes yeux piquent à cause de cette semaine éprouvante. Le vendredi, c’est raviolis, euh nan c’est dodo… MAIS… La piscine m’a inspirée un nouveau sujet. Le drame du jour fut que le maitre nageur fut UNE maitre nageuse… Ah, bah déjà, ça refroidit. Je me sentais, d’un coup, plus trop le courage d’y aller. Ne croyez pas que je sois une petite pouffie à ce point, mais je la sentais pas cette séance. Une fois dans l’eau, je me suis demandé pourquoi. Ne pas s’arrêter à un à-priori. D’ailleurs d’où vient-il cet à priori?
Cette histoire à l’air banal, et pourtant chacun d’entre nous la vit quotidiennement. C’est en partie grâce aux études que je suis en train de faire et aussi lié au fait que j’aime tout ce qui touche à la psychologie que j’analyse, tout, tout le temps Surtout les comportements, et plus particulièrement les miens ( Névrosée? Oui un peu!). Mon cerveau est en perpétuel analyse. A tort ou à raison. Mon estomac en subit les conséquences.
Donc, je disais, je me suis interpellée. Pourquoi? Elle n’a pourtant pas l’air d’un monstre. N’a pas l’air d’une tortionnaire. Ne cherche pas à nous noyer. Mais…

C’est une Fille. Peut-être c’est cela. Elle cherche à rivaliser? A croire qu’elle est le Chef, et nous de pauvres petits nageurs. J’en étais persuadée. J’aime pas ça. Pourtant, aucun signe de rivalité… Ils sont simplement dans mon esprit débordant!
Pourquoi cela serait plus simple de faire 400 mètres pour un homme que pour une fille? Sommes-nous en perpétuelle séduction avec notre prochain? Peut-être que oui, finalement. On cherche à plaire à notre prof/ patron/ collègue. Toujours une histoire de valorisation personnelle. Et une histoire de confiance en soi. (Et de jalousie?)
Peut-être au souvenir traumatisant de cette prof de sport en 6e qui me faisait courir 20 minutes non-stop. Et je n’y arrivais jamais. C’était une Fille, elle aussi.

Peut-être est-ce lié au fait que je ne voulais pas réellement nager, ce soir, je m’attendais à une séance « pataugeoire » sans stress. Mais non, on est là pour nager, on nage. Point.

Donc… En résumé, elle était loin, très loin d’être méchante, elle m’a prise à part pour améliorer ma technique du dos crawlé… Elle nous faisait nager… Normal, c’est son job!
Finalité: Cet à-priori venais de moi, mais j’ai pris le temps de l’analyser, (400 mètres d’échauffement, ça laisse le temps de réfléchir) Et une fois tout ça analysé, je l’ai apprécié ma séance de piscine 😉

Dans la vie de tous les jours, je me plais à essayer de ne pas me laisser berner par des à-priori que l’on éprouve consciemment ou inconsciemment. Les découvrir est déjà un sacré travail. Les analyser est très complexe. Ma psychologie de ce soir est une psycho à deux balles et je le sais. Mais j’approuve quand même de la satisfaction à comprendre mes réactions. Ou du moins à les voir. Pour ne pas vivre bêtement et faire les choses machinalement.

Je vous ai dis que je me remettais en question au minimum une fois par semaine?

Publicités

"

  1. Hi hi ! j’aime bien ces deux commentaires !
    bon, en tout cas, une fois passées les premières minutes de questionnement, l’essentiel est que tu aies bien profité de l’eau quand même !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s